LA VIE DE BASQUIAT

Par l'abondance et l'importance de son oeuvre, Basquiat est sans nul doute entré dans l'histoire de l'art contemporain. Il a fasciné le public par la puissance et la singularité de son art. L'image mentale et picturale qui se dégage de son oeuvre semble exprimer une expérience collective, le constat de l'état du monde que lui seul a su traduire par la peinture. Il débute en couvrant les murs de graffitis qu'il signe du nom de SAMO. Un jour, il annonce que Samo est mort et que c'est désormais de peinture qu'il s'agit. Ses oeuvres confrontent symboles, mots, phrases et anatomie humaine. La figure humaine est au centre de son art, en particulier l'homme noir. Tout son travail s'oriente vers la confrontation de l'idiome, du mot et de la figure. Sa peinture renvoit à un art des origines, à la naissance de l' art. On y trouve une totale spontanéité, un état d'urgence qui a permis à ce jeune artiste de mixer les cultures, d'atteindre une forme à la fois enfantine et terriblement
sérieuse. Il s'exprime d'une énergie rageuse.

 

1960  ENFANCE
1977  SAMO
1979  SAMO IS DEAD
1981  PREMIERE EXPOSITION
1983  COLLABORATIONS
1987  MORT D'ANDY WARHOL

 
1960

Jean-Michel Basquiat est né à Brooklyn, dans L'Etat de New-York, le 22
décembre 1960, d'une mère d'origine portoricaine et d'un père haïtien.
Elevé dans le milieu aisé de la bourgeoisie moyenne, il passe son enfance dans l'Etat de New-York. Il manifeste très jeune un goût prononcé pour le dessin et ses parents vont chacun, à leur facon, encourager cette vocation précoce. 
En 1967, ses parents se séparent, les enfants vivent désormais avec leur père. J-M Basquiat suit les cours d'une école catholique. Il dessine à côté des thèmes qu'il affectionne: automobiles, personnages s'inspirant des films d'Alfred Hitchkock. Il se passionne aussi pour la littérature.
En 1968, il est renversé par une voiture. Pendant sa convalescence, sa mère lui offre un exemplaire d'Anatomy de Gray, qui aura un influence majeure par la suite sur son travail.
En 1976, J-M Basquiat est inscrit dans une école spécialisée pour les adolescents, la"City-as-school". Il y rencontre AL DIAZ, un graphiste et commencent ensemble à peindre au spray dans Manhattan. Il fugue et prend des drogues.
 

 
1977

Dès 1977, Basquiat et Al Diaz commencent à tagger les murs de Manhattan. Les tags de Basquiat se caractérisent par des messages poé-
tiques, philosophiques et satiriques, où des symboles tels que la couronne ou le "SAMO (C)"(Same old shit) devienne sa marque d'identification.
Keith Haring, un galeriste  remarque l'originalité des tags de Basquiat.
Basquiat, à cette époque, se fait renvoyer de son école et s'engage dans une troupe de théâtre.

En 1978, il quitte sa famille. Il rencontre des musiciens et des artistes. Pour subvenir à ses besoins, Basquiat commence à vendre des cartes postales réalisées à partir de collages de coupures de magazines photo-
copiés ainsi que des t-shirts qu'il peint, et au dos des-
quels il inscrit la légende MAN MADE. Dans un hôtel de Soho, il vend une carte postale à Andy Wahrol.
En décembre, un article sur SAMO est publié. Basquiat et Al Diaz sont payés par l'hebdomadaire pour expliquer comment leurs graffitis ont évolué vers une forme plus complexe.
 

1979

Très peu de temps après la parution de cet article, la collaboration entre Basquiat et Al Diaz cesse et l'on peut lire un peu partout dans Soho "SAMO IS DEAD". Basquiat continue à vendre ses cartes postales et ses t-shirt. Il joue par ailleurs dans un groupe de musique Gray. Il fait la connaissance de Diego Cortez, conservateur, artiste et réalisateur qui l'introduit dans la scène du East Village, encourage sa production, devient son premier marchand et le présente au très influent critique Henry Geldzahler.
En juin 1980, il participe à sa première exposition de groupe intitulée Time Square Show, dans laquelle il présente une installation constituée d'une série d'oeuvres à partir du répertoire SAMO. Encouragé par le succès, il quitte son groupe GRAY.
 


 
1981

Il emmènage avec son amie Suzanne Malouk. Basquiat participe avec d'autres artistes tels que Keith Haring, Andy Warhol ou Robert Mapplethorpe, à la manifestation "New-York/New Wave" organisée par Diego Cortez. Il est remarqué par trois marchands, dont E. Mazzoli chez qui aura lieu sa première exposition personnelle à Modène. Il participe à plu-
sieurs expositions collectives qui confirment la reconnaissance de son talent et sa notoriété grandissante. 
L'année 1982 sera l'année de sa gloire: première exposition personnelle aux Etats-Unis, à New-York, extêmement bien accueillie par la critique et le milieu professionnel. Les expositions personnelles par la suite se multiplient : aux Etats-Unis, en Europe, ainsi que des expositions collectives. Ce qui lui permet de rencontrer des artistes et des personnes influentes.
 

1983

En 1983, Basquiat participe à New-York à la Biennale du Whitney Museum of American Art. Il est le plus jeune artiste jamais exposé dans cette institution, ce qui confirme une notoriété inégalée pour un créateur de 23 ans. Il y rencontreAndy Wahrol. Leur amitié basée sur l'affection, la confiance et la fascination réciproque se dévelop-
pent entre eux. Ils travaillent, discutent et sortent beaucoup ensemble.

Warhol est le seul artiste dont Basquiat sollicite l'appro-
bation et qui tentera de le dissuader de s'adonner à l'héroïne. A la fin de l'année, à l'initiative de Bruno Bischofberger, débutent les "Collaborations" qui 
réunissent trois artistes de sa galerie: J-M Basquiat,F.Clemante et A.Wahrold. Il passe une semaine en Jamaïque avec ses amis et en profite pour peindre et pour se mettre sérieusement à écrire. Cette année est celle d'un travail effréné, lié au succès de sa peinture.
En janvier 1984, il s'installe à Hawaï. Par la suite, il participe à des expositions. Ses amis s'inquiètent pour lui car il est atteint de crises de paranoïa assez fréquemment.
En 1985, Bruno Bischofberger présente les 16 collaborations Basquiat/Wahrold: l'accueil peu favorable de la presse pour cette manifestation refroidit considérablement l'amitié qui unit les deux artistes et met fin peu à peu à leur travail commun. La détérioration physique de Basquiat est de plus en plus visible. Il a une exposition à Tokyo .

 
 
1987

Basquiat est profondément affecté par le décès d'Andy Wahrold le 22 fé-
vrier. La mort de son ami le perturbe énormément, il mène donéravant une existence recluse et produit moins. Il commence à travailler pour des expo-
sitions à New-York, Paris et Düsseldorf.
En juillet 1988, afin de quitter le milieu de la drogue, Basquiat se rend à nouveau à Hawaï. Mais le 12 août, il est retrouvé mort dans son appartement d'une overdose. Il avait 27 ans.
 

RETOUR A L'AUTOPORTRAIT