Historique
 

Retour au menu principal



 
 
 
 

1Taínos
Rencontre de Colomb avec les Taínos sur Hispaniola
Les premières tribus indiennes à avoir occupé le territoire se divisaient en trois groupes :
- Les Siboneys à l’est
- Les Taínos au centre de l’île
- Les Guanahatabeys à l’ouest.
Tous étaient venus d’Amérique du sud. Les Taínos sont aussi venus de la République Dominicaine vers le 12ème siècle. Cette tribu était la plus sophistiquée des trois, même si elle se composait de pêcheurs et de cultivateurs au même titre que les Siboneys. Les Guanahatabeys étaient des chasseurs qui vivaient dans des grottes.
Ces peuples cohabitaient dans une paix relative jusqu’à l’arrivée des Espagnols.
27 octobre 1492: 
Christophe Colomb découvre Cuba qu’il croit être une terre asiatique et le baptise « Juana », en l’honneur du prince Juan d’Espagne.
de 1510 à 1514: 
Conquête et massacre de l’île par Diego Velázquez de Cuellar et ses hommes pour le compte de l’Espagne.
2 Après conquête de l’or, les Espagnols s’intéressent au sucre et au tabac. Les Indiens, réduits à l’esclavage, meurent d’épuisement, de fièvres et de chagrin. La main d’œuvre commence ainsi à se réduire, ce qui amène à la traite des Noirs dès 1524.
3 Jusqu’à la fin du 17ème siècle, l’île est sujette aux rivalités anglo-espagnoles et à la piraterie, ce qui ne lui permet pas un bon développement. Ce n’est qu’en 1697, avec le traité de Ryswick qu’on assiste à un réel essor, notamment grâce à l’exploitation de la canne à sucre, du tabac, de l’élevage des bovins et du commerce des esclaves.
Octobre 1868 : 
Début de la guerre des 10 ans (première guerre d’indépendance) qui part de la propriété de Carlos Manuel de Céspedes, le premier à libérer ses esclaves est à appeler les Cubains à se soulever contre les colonisateurs. 
1874 : 
Céspedes est trahi et tué en et Antonio Maceo reprend le flambeau. 
José Martí1891 :
José Martí (journaliste et poète) fonde le Parti révolutionnaire cubain et lance la seconde guerre d’indépendance. Mais il est tué le 19 mai 1895, ainsi que Antonio Maceo l’année suivante. Les "mambis" (rebelles) ne se découragent pas et la lutte continue.
4 Les Etats-Unis, qui craignent pour leurs intérêts, envoient un navire dans le port de la Havane, mais il sera bombardé en février 1898, faisant 266 morts. Les Etats-Unis vont ainsi entrer en guerre contre l’Espagne qui va finir par perdre les Philipines, Puerto Rico et Cuba.
1er janvier 1899: 
Le général John Brode vient diriger  Cuba au nom des Etats-Unis, on a donc passé d’une domination à une autre.
L’occupation américaine, qui a pour but de devenir maîtresse des Caraïbes, va durer trois ans.
1902 : 
Tomás Estrada Palma est le nouveau président de la République de Cuba.
5 Pendant une trentaine d’années, tout n’est que corruptions, spéculations et affaires avec les Etats-Unis qui contrôlent les trois quart du marché cubain.
15 janvier 1934: 
Le colonel Fulgacio Batista y Zaldivar provoque un coup d’état. Il est élu président de la République en juillet 1940.
6 Après ses 4 ans de mandat, il se retire aux Etats-Unis et deux autres personnes vont reprendre successivement sa place. Mais le gouvernement est corrompu et le peuple commence à gronder.
10 mars 1952 : 
Batista revient au pays et fait un second coup d’état militaire avec l’appui du président américain Roosevelt. Il mènera une dictature sans scrupules.
Che y Fidel
Dès 1952, Fidel Castro (jeune avocat de 26 ans) dénonce l’injustice par de brillants discours. Il dépose un plainte devant le Tribunal d’exception de La Havane, démontrant que le coup de force de Batista avait violé une demie douzaine d’articles du Code. La requête est rejetée par les juges. Castro se fait alors le porte-parole de la lutte armée et organise l’attaque d’une caserne le 26.06.53. C’est un échec total, mais aux yeux du peuple ils sont considérés comme des héros et la date devient jour de fête nationale.
Castro est condamné à 19 ans de travaux forcés ; mais Batista, pour regagner de la popularité, décrète une loi d’amnistie générale en mai 1955. Castro va alors se réfugié au Mexique. Là-bas il fondra un camp d’entraînement et rencontrera Ernesto « Che » Guevara.
2 décembre 1956 : 
Ensemble, ils tentent d’envahir Cuba, mais les autorités ont été averties. Très peu d’hommes réussissent à s’en sortir. Une douzaine, dont Castro et le Che, vont se réfugier dans les montagnes de la sierra Maestra où une guérilla s’organisera pendant deux ans. 
1958 : 
12'000 soldats partent à l’assaut contre les « barbudos » (rebelles barbus) qui vont les repousser et les démanteler en trois mois.
2 janvier 1959 : 
L’armée rebelle entre à la Havane. Un président et un premier ministre sont élus. Mais dès février, Castro devient Premier ministre et prend des mesures draconiennes telles que la baisse des loyers, la nationalisation du téléphone et des transports urbains,… Cela va provoquer une tension avec les Américains et Cuba va se tourner vers l’URSS qui lui fournira de l’armement et une aide financière.
15 avril 1961 : 
Bombardement des aéroports de La Havane et de Santiago. Le lendemain, Castro proclame que la révolution cubaine est socialiste. Le surlendemain on assiste à l’épisode de la Baie des Cochons : 2000 hommes débarquent à Cuba et se font écraser par les milices populaires cubaines. Il y a 1179 prisonniers qui sont relâchés en juillet 1975 en échange de 53 millions de dollars de produits pharmaceutiques et alimentaires.
x Dès lors, l’URSS se déclare protectrice de Cuba et menace les Etats-Unis de guerre nucléaire en cas d’attaque de l’île.
1962 : 
Crise des fusées ; Kennedy et Krouchtchev se rencontrent et décident de retirer les armes.
Dès 1970 : 
Le plein emploi est assuré, l’enseignement et les services de santé sont gratuits pour tous. Mais l’exode de milliers de Cubains démontre qu’ils ne sont pas tous satisfaits du régime.
7liberté
"Décidés à continuer en étant libres"
Avec l’effondrement de l’URSS, toute aide est supprimée et dès 1990 à nos jours Cuba se trouve dans des difficultés économiques pour lesquelles Castro déclare la période spéciale en temps de paix, qui est un régime de restriction économique valable encore maintenant.
même pas peur!
"Messieurs les impérialistes, nous n'avons absolument pas peur de vous!"
Aujourd’hui donc, l’île se retrouve isolée économiquement par l’embargo commercial des Etats-Unis et politiquement par son régime politique communiste.

 

haut de la page